Faire croire ou non au Père-Noël ?

christmas

Il n’est nullement question ici de remettre en cause les croyances de chacun. J’expose un point de vue sur la tradition de faire croire ou non. L’imaginaire est ce qui est créé par l’imagination, et n’existe que dans l’imagination, c’est une fiction, un conte que l’on raconte, qu’on écoute, qu’on invente ou imagine. La nuance est subtile car il ne s’agit pas non plus de passer d’un extrême à l’autre, d’y faire croire ou non, de mentir ou pas.  Il s’agit simplement de la question d’imposer à l’enfant un imaginaire comme un fait réel! Car le père Noël peut aussi faire partie de  l’imaginaire de Noël, sans faire partie d’un mensonge.

Cependant, faire croire au père Noël ou raconter sa légende, c’est aussi véhiculer l’image de ce qu’il représente aujourd’hui,  car oui le Père Noël est également un reflet de notre société…

Posons-nous la question : Que voulons nous transmettre aux enfants à travers cette histoire ? Est-ce bien utile de « faire croire » alors que l’imaginaire autour de l’histoire du père noël suffit à créer la « magie de Noël »? Et que représente alors cette histoire?

Bousculons un peu le paradigme du père Noël ! Remettons un peu en question ce cher père Noël, ce qu’il représente et sa légende!

Un peu d’histoire…

Noël est certes une fête religieuse qui s’est étoffée au fil des siècles, des influences de diverses croyances et coutumes issues de plusieurs pays du Monde. Aujourd’hui, en Europe, les coutumes et traditions fêtées durant la période de Noël ne sont pas les mêmes selon les pays. En France, Noël est, il faut l’avouer, fortement lié au Père-noël. Tout le monde connaît ce personnage d’un certain âge, avec de l’embonpoint, une grande barbe, un manteau rouge et blanc, des bottes, et une hôte remplie de cadeaux  à distribuer. Sa compagnie semble être des plus chaleureuses, sinon des plus étranges, cela dépend de son costume et aussi de la rue dans laquelle il se trouve….

(Et soit dit en passant, c’est Thomas Nast, un illustrateur Américain qui a, pour la première fois en 1866, dessiné Santas Claus (inspiré de Saint Nicolas) en rouge et blanc. Coca Cola n’a fait que le reprendre à son compte pour faire de Noël une tradition résolument commerciale! Bref, dans tous les cas, il s’agit bien de traditions, de croyances et de légendes…)

Mais qui est Père Noël  ?

Sur le papier, le Père Noël vit au Pôle Nord et il dirige un petit commerce de jouets traditionnels. Dans les faits, il est PDG d’une multinationale de fabrique de jouets pour la plupart made in China, et fabriqués soit par des lutins sinon par des enfants. Le Père Noël livre ses jouets une fois par an,  grâce à un traîneau volant tiré par des rennes, et il passe ainsi par la cheminée pour déposer ses cadeaux aux pieds d’un vrai sapin (décapité et décoré de plastique et de neige blanche toxique, pour l’occasion. Il existe pourtant de nombreuses alternatives au vrai sapin). En bon patron, le Père Noël assume ses responsabilités en réalisant personnellement la livraison de chaque cadeau, quoique…, assume-t-il vraiment ce qu’il livre? il le fait quand même la nuit et sans bruit :) . Ses cadeaux sont généralement emballés dans du papier décoré furtivement de nœuds en plastique qui finiront incognito au fond de l’Océan. Un vieux et beau tissus ferait l’affaire !

Le  planning du Père Noël se résume donc à une seule nuit de travail durant laquelle il s’introduit impunément dans toutes les maisons des enfants, enfin non… seulement celles des enfants « sages »…

Bon, voilà les faits… et cette histoire est raconté aux enfants, enfin, pas vraiment comme ça, mais, plutôt l’histoire avec des paillettes et des flocons Reine des Neiges parce que c’est la « magie de Noël »

 La magie du chantage !

Certains parents accordent au père Noël, la liberté de juger leurs propres enfants puisque finalement,  c’est lui seul qui décide s’ils ont été assez sages durant toute l’année pour mériter son cadeau, car les enfants désobéissants n’auront rien…Enfin si… ils auront un cadeau « car c’est la magie de Noël avec des paillettes » mais ces enfants “désobéissants“ auront appris et subis le chantage au Père Noël et aux cadeaux durant les quelques semaines qui précédent Noël…sinon durant toute l’année.

Dans le Nord, les adultes ont un double argument d’autorité : le chantage au père Noël et la peur du père Fouettard ! C’est Saint Nicolas qui est fêté le 6 décembre, et il est accompagné par le Père fouettard, c’est ce dernier qui se charge de kidnapper, les enfants désobéissants.

Comme une manipulation communément acceptée, accompagnée de douces violences ordinaires pour imposer une autorité qui ne considère ni ne respecte l’enfant en tant qu’individu libre, le père Noël permet à l’adulte d’user de la crédulité de l’enfant, et qui, en plus s’en amuse car c’est mignon !

Jusqu’au jour où finalement l’adulte décidera que l’enfant est devenu trop grand pour continuer à y croire, et qu’il est presque préoccupant qu’il y croit encore. Effectivement, un enfant de 10 ans qui croit encore au Père Noël, c’est vraiment inquiétant et c’est moins « magie de noël »  qu’un enfant de 4 ans qui y croit…

Et l’enfant dans tout ça ?

Il arrive aussi le jour où l’enfant doute de cette histoire « Mais pourquoi il y a des père-noël dans toutes les rues ? A l’école, j’ai entendu que… ? » Qui l’enfant doit croire? ses intuitions? ses camarades de classe? sa famille ? Forcément, il va croire sa famille, car il a confiance et qu’il se sent en sécurité dans sa famille… jusqu’au moment où… Vous me suivez ?

Comment vous sentiriez-vous si on vous racontait une belle histoire pleine de magie chaque année et qu’on vous maintienne dans cette illusion volontaire….et qu’un jour, vous vous rendiez compte, soit par vous-même ou soit parce qu’on vous l’aura avoué, que c’est une mignonne histoire, en gros une bonne blague entre potes? Appelleriez-vous encore ça une bonne blague ? Est-ce vous ne vous sentiriez pas « trompé » ?

« On le fait car c’est comme ça » !

Souhaitons-nous développer la crédulité des enfants en perpétuant la « tradition » de faire croire une histoire issue de l’imaginaire d’un adulte?

Puis au-delà de cela, il y a aussi toutes les idées qui sont véhiculées autour du cadeau…et ce que cela représente dans une société où cette consommation effrénée se résume souvent au paraître et à l’avoir plutôt qu’à l’Être et être ensemble. Noël est pourtant l’occasion pour Être et être ensemble, et l’un des plus beaux cadeaux que l’on puisse faire est notre temps présent et notre attention.

Il serait temps d’ouvrir une réflexion sur la tradition qui consiste à faire croire au père Noël et des « oui mais c’est comme ça, c’est la magie de Noël », pour offrir enfin un vrai cadeau aux enfants, qui leur sera utile toute leur vie : l’esprit critique.

Adeline Charneau.