Les émotions font partie intégrante du fonctionnement des humains. Elles imprègnent nos pensées, notre comportement et nos expériences, elles motivent nos décisions les plus importantes, elles constituent l’essence même des rapprochements sociaux et elles sont au cœur des processus culturels et de socialisation .

sofia turenko0ea410324862e72380324567cce0f5c5

Qu’est ce qu’une émotion ?

Une émotion est une réaction physiologique à une situation. L’émotion a d’abord une manifestation interne et génère une réaction extérieure.
Une émotion dure quelques minutes au plus et se déploie en trois temps : charge, tension,décharge.

La verbalisation des émotions produit un effet apaisant sur le système nerveux des enfants mais des adultes aussi !

Vos propres émotions.

Avez-vous déjà prêté attention à vos propres émotions ?

Connaitre ses propres émotions avant de comprendre celles des autres.

Les comportements des adultes influencent ceux des enfants, vous êtes un modèle pour l’enfant.

Reconnaître et exprimer vos propres émotions est important, la capacité à réguler vos émotions est directement liée aux compétences sociales : ce que vous pensez des émotions peut influencer le bonheur futur de l’enfant. Il faut savoir que cette capacité à détecter les émotions de l’enfant, à y réagir et à lui apprendre à les réguler contribuera à son bien-être actuel et futur.

Il faut être à l’aise avec ses propres émotions ! Les reconnaître, les exprimer et les gérer, permet de mieux vous comprendre mais aussi aide l’autre à mieux vous comprendre !

3 étapes pour vous aider :

  • Reconnaître quand vous ressentez une émotion
  • Identifier cette émotion et la dire à voix haute
  • Apprendre à percevoir cette même émotion chez les autres.

Les émotions de l’enfant.

@Emma Zangs

Mettre des mots sur les émotions « apaise le cerveau » .

Le cerveau du petit enfant n’a pas encore établi une très bonne connexion entre la connexion verbale et non-verbale. Les grandes émotions sont souvent effrayantes pour les enfants, c’est-à-dire qu’ils ont peur de leur propre colère. Ils font l’expérience des caractéristiques physiologiques des réactions émotionnelles avant de savoir quelles sont ces réactions, d’autant plus qu’ils ne peuvent pas encore les exprimer verbalement. Certaines personnes pourraient qualifier ces vives réactions de « caprices » ou encore de troubles pathologiques, seulement l’enfant ne contrôle pas ces moments de crise, il ne fait pas « exprès » ou avec une « intention ». Cela s’explique par une immaturité cérébrale, le cerveau supérieur de l’enfant, n’est pas assez développé pour pouvoir gérer de telles impulsions et émotions, ils ne peuvent pas prendre du recul, ou même y réfléchir. Selon la chercheuse Caroll Izard, apprendre à mettre des mots sur les émotions permet d’établir cette connexion verbale et non-verbale. Sans les mots, la vie émotionnelle de l’enfant peut être troublée.
paul+paula
Catherine Gueguen, pédiatre à l’Institut hospitalier franc-britannique, rappelle que « tant que le cerveau n’a pas atteint sa pleine maturité, les processus de gestion des émotions, des affects ne sont pas totalement fonctionnels. Cela explique les difficultés que l’enfant peut avoir pour contrôler, maitriser ses réactions émotionnelles ou affectives. »
« Ces considérations sur le développement et la maturation du cerveau de l’enfant permettent de comprendre que le petit enfant n’a pas, physiologiquement, la capacité à gérer l’ensemble des situations et des émotions auxquelles il est confronté. L’enfant ne peut pas réagir comme un adulte. Ce n’est pas qu’il ne sait pas ou ne veut pas, c’est qu’il ne peut pas car ses structures et réseaux cérébraux ne sont pas encore suffisamment fonctionnels. L’enfant va donc réagir spontanément, sans avoir la capacité de prendre du recul, et à maitriser ses émotions. Souvent il ne comprend pas lui même ce qui lui arrive. Il est submergé par son émotion qu’il ne peut pas contrôler. »
Des études montrent que la verbalisation des émotions est un comportement caractéristique des parents qui élèvent des enfants heureux. Les enfants régulièrement exposés à ce comportement parental savent mieux s’auto-apaiser, sont plus apte à se concentrer sur des tâches et nouent davantage d’amitiés.

Reconnaître les émotions de l’enfant et les accueillir.

N’ayez pas peur des émotions de l’enfant, n’essayez pas de les nier, ni de les ignorer, ni de les laisser prendre toute la place.

4 attitudes à adopter face aux émotions de l’enfant :

  • Ne portez pas de jugement, il n’y a pas de mauvaise émotion
  • Reconnaître la nature spontanée et involontaire des émotions
  • le comportement est un choix, l’émotion n’en est pas un, c’est un ressenti.
  • l’expression des émotions est une occasion d’apprendre.

Comment consoler un enfant bouleversé par ses émotions ?

Être simplement présent, rassurant, sécurisant, calme, chaleureux, empathique aide l’enfant à retrouver son calme, et à apaiser son état, Il faut lui parler doucement avec beaucoup de compréhension.

Cette attitude affectueuse à un impact positif sur la maturation des lobes frontaux de l’enfant, il parviendra alors plus rapidement à gérer les émotions et les impulsions de son cerveau émotionnel et archaïque.

L’enfant n’aime pas les longs discours, pensez à utiliser des marionnettes ou des figurines pour reparler des émotions, et des moments difficiles.

Comment accompagner l’enfant dans la verbalisation de ses émotions ?

J’ai créé un KIT DES EMOTIONS pour vous aider à accompagner l’enfant dans la verbalisation de ses émotions.

emotions

 

Les émotions – Dossier PDF de 22 pages à découvrir sur LABO

Les émotions: joie, peur, colère, tristesse, surpris et dégoût.

Pour aller plus loin :

Article :

Communication Non-Violente ( +conseils livres pour enfants)

Livres:

Catherine Gueguen :

Pour une enfance heureuse : repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau

Olivier Maurel:

Marshall Rosenberg:
Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) : Introduction à la Communication Non Violente

Thomas d’Ansembourg :

 

Retrouvez-moi sur Facebook !

Tous droits réservés Adeline CHARNEAU©2011-2015

# # #

14 octobre 2015